Félix Esclangon
Lycée
Manosque tel.04.92.70.54.70 fax 04.92.70.54.71
 

Recto-Verso : Ancienne vie

vendredi 13 décembre 2013

Je marchais un soir de lune comme d’habitude dans cette rue que je connaissais bien. Je marchai encore , jusqu’à ce qu’un homme vêtu de noir et dont je ne voyais pas le visage me depassat car il allait plus vite que moi. L’homme mystérieux avait marché tellement vite que sur son passage il avait fait tomber une photo ? Le temps que je la ramasse, il avait disparu.

C’était une photo d’une petite fillette d’environ 4 ans qui était abîmée par le temps. Je continuais ma balade et je pensai toujours à cette fameuse photo qui m’intriguait de plus en plus . Je m’arrêtais quelques instants à un endroit particulier, juste là où il y avait un trou avec quelques petites fissures qui partaient du sol ; il y avait un trou, sur ce mur qui entourait notre ville . Dans ce petit trou, on pouvait apercevoir un magnifique paysage de montagne et d’un ciel bleu avec quelques nuages au loin. Ce mur d’acier enfermait cette ville dans laquel nous habitons, cette ville dans laquel on était enfermés comme des bêtes. Mais je continuais pourtant à rêver de voyage , de l’Egypte le pays que je préfère, je rêvais de voyage sur mon chemin sans penser à ce que nous vivons tous. Au bout de la rue je voyais une maison avec une fennêtre brisée par la misére et la rage des jeunes qui se sont révoltés , cette vitre qui était reparée avec juste un vieux morceau de scotch gris mal collé.

Derriére cette vitre j’apercus 2 grands manteaux noirs, identiques à celui de l’homme que j’avais croisé dans la rue cette même soirée. Moi qui voulais lui rendre sa photo par simple politesse et car cette photo devait sûrement représenter quelque chose de trés important pour lui.
J’essayai de passer par un vieux grillage mais sans réussite, je laissai tomber. Donc je pris cette fameuse photo , je la regardai une derniére fois puis je la mis sur le grillage. Je partid, et je regardai la maison et je vis que la photo que j’avais déposée n’y était plus et derriére la fenêtre brisée, il y avait cet homme. Il regardait sa photo comme si c’était un trésor, cet homme qui me disaitquelque chose et cet homme que je reconnaissais fort bien. Cet homme était Henri, mon mari. Mais qui était cette petite fille ?

Cette mère qui reconnait son mari a eu un accident de voiture il y a 2 mois de cela. Elle y a perdu sa petite fille ainsi que sa mémoire. Le trou dans le mur d’acier, signe de liberté que cette petite fille n’aura pas à connaitre cette vie de misère et est désormais libre...

 
Identifiants personnels
Lien hypertexte :

Lycée Félix Esclangon – Boulevard Martin Bret - 04100 Manosque tel.04.92.70.54.70 fax 04.92.70.54.71 – Responsable de publication : Mme Le Chef d'établissement
Dernière mise à jour : vendredi 14 février 2020 – Tous droits réservés © 2008-2020, Académie d'Aix-Marseille