Félix Esclangon
Lycée
Manosque tel.04.92.70.54.70 fax 04.92.70.54.71
 

souvenirs d’enfance

vendredi 13 décembre 2013

Chaque soir, juste avant le couvre feu, je me cachais sous mes draps et j’attrapais du bout de mes doigts une petite photo camouflée sous mon lit. Longuement je la regardais en la tenant délicatement entre mes main.

Cette photo me représentait lorsque j’etais petite fille, le sourire aux lèvres et les yeux pétillants. Chaque soir mes yeux se remplissaient de larmes à la vue de tant de bonheur. Cette photo déchiree et usée par le temps était l ’un des seuls souvenirs de mes parents. Je n’avais que quatre ans lorsque j’ai été abandonnée à l’angle d’une rue. Cela faisait maintenant dix ans que j’avais pour seule maison l’orphelinat. Personne ne savait réelement d’où je venais et qui j’étais. De mes parents il restait seulement ces deux vestes noires qui m’emmitouflaient chaudement le jour ou l’on m’a retrouvée.

Il m’arrivait souvent de retourner à cet endroit. Je marchais longuement dans la rue non pas pour regarder les vitrines illuminées, mais pour tenter de me remémorer chaque minute de ce tragique évènement de ma vie. Après des mois de recherche, mes efforts furent récompensés : je trouvai une adresse ainsi que leur identité. Un soir je m’enfuis discrétement de l’orphelinat, même si le ciel nuageux m’incitait à rester au coin de la cheminée. Je m’aventurai dans les rues sombres et menacantes de la ville afin de trouver la maison de mon enfance. Une fois arrivée sur les lieux, en face de moi, s’élevait un immense grillage de fil de fer d’où l’on pouvait apercevoir une maison terrifiante. Une partie de celle-ci était en ruine et à l’abandon. Les fenêtres étaient fissurées, et les vitres avaient étét réparées simplement avec un morceau de scotch. Les murs remplis de trous laissaient percevoir l’intérieur de la maison. Méfiante mais sereine je m’aventurai dans la maison. Une fois à l’intérieur, je fus rassurée, il n’y avait rien d’effrayant. Rien n’avait été déplacé mes souvenirs en témoignaient. De ce fait j’essayai d’appeler quelqu’un, de faire du bruit, de crier mais rien ne se passait. Soudain j’apercus une petite silhouette derrière une fenetre, probablement celle d’une femme, je pris peur et je m’enfuis.

A mon retour, je compris que tous ces objets, toutes les odeurs de cette maison n’étaient pas anodins. Il s’etait réelement passé quelque chose à l’intérieur. Les questions se bousculaient dans ma tête mais je gardais espoir de pouvoir y répondre un jour.

 
Pétition

attention, vous ne pouvez voter que pour trois nouvelles

Identifiants personnels
Lien hypertexte :

Signatures

1 Signatures
Date Nom
25 septembre 2017 Pénélope site web

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lycée Félix Esclangon – Boulevard Martin Bret - 04100 Manosque tel.04.92.70.54.70 fax 04.92.70.54.71 – Responsable de publication : Mme Le Chef d'établissement
Dernière mise à jour : vendredi 14 février 2020 – Tous droits réservés © 2008-2020, Académie d'Aix-Marseille